Installer un potager sans se casser le dos

Le labour, voilà une corvée qui fait penser à la sueur sous le soleil et au mal de dos. Nous en avons eu au Tout’pousse cette année. Et j’en tire des leçons.

En mai: c’est la prairie que nous avons coupée pour faire les chemins entre nos buttes, formées par la terre enlevée. Notre but était de créer des plates-bandes perpendiculaires à la pente pour retenir l’eau. La terre était devenue dure comme du béton! Impossible de creuser après une semaine de sécheresse!

La toute première plate-bande creusé par Didier, Gareth et Susan

DSC_2430

Travail en famille: les premières buttes

A la 5e plate-bande, plus envie ni temps pour le chichi – on a simplement déposé le fumier composté pour former la butte, pailler, et copeaux pour le chemin. Bon, la butte n’était pas aussi haute mais voilà les courges qu’elle a données.


En automne, après quelque mois de labour fourni gratuitement par des vers et des pluies bienvenues, quelle différence! Une touffe d’herbes au mauvais endroit? On tire, elle sort avec toutes ses racines! Former une butte? Avec un simple râteau. La couvrir avec des feuilles pour l’hiver. Et contempler les collines des déjections de nos laboureurs invertébrés.

Voici alors comment installer un potager sans se casser le dos:

  • Tracer l’emplacement des buttes futures perpendiculaire à la pente (voir article). Largeur d’une butte entre 1m (enfants) et 1,20m (adultes); chemin 30cm – 1m selon le trafic.
  • Couvrir les chemins de cartons sans laisser d’écarts, les plates-bandes aussi si vous voulez. Plus facile avec des cartons mouillés. Couvrir le carton avec des copeaux pour que ça soit joli.
  • Construire une lasagne (voir article) de déchets verts sur la butte. Bien arroser chaque couche. Couvrir de compost fini, planter tout suite. Ajouter du paillage pendant l’été.
  • Arroser occasionnellement, désherber rarement (articles: Arroserai-je ou non? Mieux vaut abondamment, mais occasionnellement, Mieux vaut un peu, et souvent). Observer que le paillage et les copeaux retiennent bien l’eau!
  • La fin des cultures venue, ratisser les copeaux des chemins sur les buttes.
  • Couvrir les buttes d’une couche épaisse (10cm) de feuilles. Si nécessaire, protéger contre le vent par une couche fine de branches.
  • Remettre des copeaux sur les chemins.
  • Voilà un jardin bien préparé pour la saison suivante. Sans labeurs ni labours.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s