Le Compost

C’est quoi ?

Le compost devient terreau après un processus biologique naturel.

Il peut être composé de :

  • matière végétale : repas, café, thé, coquilles d’œuf, coquillage, fleurs, litière d’animaux, …
  • matière de jardin : branches, fruits, légumes, paille, gazon, herbes, écorce, copeaux, sciure, …
  • matière brune : décomposition lente, peu d’azote et d’humidité, poreux (feuilles mortes, branches, paille, en automne, champignons)
  • matière verte : décomposition rapide, s’affaisse, amène de l’humidité, azote, peu poreux (déchets de cuisine, herbes, …)

En revanche, on évitera : liserons et mauvaises herbes, plantes montées en graines ou malades, repas cuit (bien répartis ok), pain (un peu ou humidifié), huile et graisse (bien répartis), herbe à graines (amène trop de chaleur), viande et poisson (attirent la vermine), déjections d’animaux

Pour avoir un bon compost, il faut trouver l’équilibre entre les matières brunes et les matières vertes pour qu’il y ait une bonne harmonie entre azote, humidité et porosité.

Pourquoi ?

Le compost accélère le processus biologique naturel, conserve la valeur nutritionnelle de la terre et est bénéfique pour le sol car il améliore sa structure.

Comment ?

Le compost, c’est aussi de l’humidité, de l’air, de la chaleur, de l’eau mais aussi de la microfaune et de la macrofaune

  • Humidité : Si le compost est trop sec, pas de bactérie, se décompose plus lentement. Si le compost est trop humide, l’eau remplace l’air = mauvaises odeurs
  • Air : dépend de la porosité du mélange. La base du tas devrait être en bois grossier comme une cheminée pour amener de l’air par en bas
  • Chaleur : pas indispensable mais bonus car plus il fait chaud, plus c’est homogène et plus la décomposition se fait rapidement.
  • Microfaune : petites bêtes, bactéries, champignons déjà présents
  • Macrofaune : ver de fumier, cloportes, cétoines dorées, …

20141108_114100

Recette pour un bon compost

  1. Sortir la couche de détritus pur (compost tel que les gens l’amène)
  2. Casser avec la bêche
  3. Mélanger avec du broyat (branche, feuille, …) et de l’eau
  4. Rajouter un peu du compost fin (celui brassé la fois d’avant)
  5. Mélanger le tout avec de l’eau
  6. Remettre le tout dans le bac à compost
  7. Touiller une dernière fois sur environ 40 cm
  8. Recouvrir d’une bâche (pas nécessaire)
  9. C’est prêt

Une fois que le bac est rempli, mettre un peu d’eau et mélanger sur 40 cm. Continuer chaque semaine/2 semaines jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de ver (les cétoines et perce-oreille restent) Le compost est frais après 2-5 mois. On va pouvoir le déplacer dans le 2e bac où il va passer l’automne-hiver, protégé dans le bac ou dans une cabane de tôle ouverte sur 2 côtés. Au printemps, il sera mur (= de couleur brune et sans odeur). On pourra le tamiser, et l’utiliser comme terreau, mélangé à de la terre comme engrais ou support de culture.

Test pour savoir si le compost est prêt :

Prendre un pot de yaourt en verre fermé, y mettre un peu de compost avec quelques graines de cresson. Si le cresson pousse, c’est tout bon.

Règles d’or :

  • fragmenter les morceaux
  • diversifier les matières (richesse)
  • homogénéité du mélange
  • maintenir humidité et aération

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Le Compost

  1. Pingback: En visite au jardin – Jardins Éducatifs de la Côte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s