Our Permaculture Life: Temporary permaculture for renters – 11 ideas for growing abundant food without owning land

Des idées pour jardiner sans être propriétaire d’un jardin. (en Anglais)

via Our Permaculture Life: Temporary permaculture for renters – 11 ideas for growing abundant food without owning land

Les poules font l’école

Les poules font l’école

Les poules animent un jardin collectif en pleine ville de Zurich: Les 20 bénévoles du « Kollektiv Hühnerstrasse » se partagent les tâches pour une rémunération en œufs fraîchement cueillis. Lisez-en davantage dans la NZZ du 14.02.14 : Das Hühner-Kollektiv zu Wiedikon

La ville de Genève encourage ses citoyens de faire pareil. Le projet Cocorico vise l’installation de poulaillers collectifs en ville, avec succès. Quinze poulaillers collectifs ont vu le jour en 2013, selon Le Temps du 22.04.14 Les poules, la nouvelle coqueluche des villes. A voir notamment un poulailler fixe à la Cour-Corderie  et un poulailler mobile dans le parc Beaulieu.

L’installation d’un poulailler de 10 poules est amorti en une année environ, surtout que la poule ne mange pas que du grain: « chaque jour la quantité de déchets alimentaire d’une personne adulte » (selon des poules en ville, documentation du projet cocorico).

Les œufs produits sont locaux et sains, puisque les poules ne souffrent pas des restrictions de la production de masse: moins de maladies, une alimentation plus variée, des groupes adéquats, une vie plus longue et souvent plus d’espace.

Le sol d’un poulailler peut être recouvert de 30 cm copeaux de bois, incitant les poules à y chercher les insectes et invertébrés qui s’y installent. Tout déchet vert ou de cuisine y jeté sera soit mangé par les poules, soit mélangé avec le substrat par les grattements des poules – devenant à son tour nourriture pour micro- puis macro organismes, incitant les poules à gratter davantage. Ce compost travaillé par les poules réduit des odeurs et est un excellent engrais. Aux USA, au Vermont, un composteur professionnel détient 1500 poules pondeuses en liberté, sans leur donner le moindre grain (Vidéo en anglais).

Des poules peuvent contribuer à réduire le gaspillage des déchets alimentaires – dont un tiers est produit par les ménages. Avec une délicieuse récompense: des œufs!

Le fermier à vélo

Curtis Stone produit des légumes en pleine ville, dans des jardins qui ne sont pas les siens. Il livre sa marchandise aux restaurants, marchés et particuliers à vélo. Portrait d’un jeune cycliste producteur urbain. (en anglais)

 

une mare – contre les limaces

L’année prochaine, nous pouvons nous attendre à pas mal de limaces. Pourrait-on les controler à inviter leurs ennemis dans le jardin?

Un habitat pour les crapauds serait une mare. Voici une manière facile d’en fabriquer une.

Tyre Pond.

3 Inexpensive Ways To Feed Your Garden Soil This Fall For A Great Garden Next Year!

3 Inexpensive Ways To Feed Your Garden Soil This Fall For A Great Garden Next Year!.
Comment assurer que les plates-bandes donneront aussi bien l’année prochaine?

  1. Désherber et enlever les restes des plantes de l’année.
  2. Ajouter quelques cm de compost
  3. racler et semer avec un engrais vert
  4. couvrir avec quelques cm de feuilles préalablement ramassés avec une tondeuse (qui les broye en même temps)

L’engrais vert poussera à travers le mulch et le tiendra en place jusqu’au printemps.

un outil pour aplatir l’herbe

Voici un outil fait maison pour aplatir l’herbe. On devrait nous en fabriquer un pour nous – l’herbe longue rend notre travail d’aménagement pénible.

Dans l’article suivant (en Anglais), il y a une photo de cet outil très simple.

On l’utilise en marchant dessus, l’herbe s’aplatit au fur et au mesure que l’on s’avance et les tiges sont brisés en même temps. Il y a donc MOINS de repousse qu’après un fauchage. Certains plantent même directement dans l’herbe aplati ainsi, sans même recouvrir ou travailler le sol.

Digging in the Driftless

After losing our entire first tomato patch to deer last summer, we are focusing our energies on preparing some ground for a future fenced-in garden with cover crops.  Last fall we rototilled a bit of land and planted the area in winter rye.

This spring at the Midwest Organic Farming Conference  I learned that we needed to build a crimper to turn the rye into mulch and then plant a legume into that crimped rye.

I was told that crimping is the best way to kill the crop and make a mulch that won’t blow away.  Organic farmers pull roller crimpers behind their tractors in no-till agriculture.  (see my blog on what I learned about cover crops and crimping here.

View original post 301 mots de plus