Des références pour permaculteurs débutants

Liste de ressources et réponses aux questions pour les participants du cours « Principes Bibliques en Permaculture »

Vos questions concernant la permaculture

Vos questions concernant le potager

Questions ouvertes:

  • Mon terrain est envahi de prêle. Comment la limiter? J’en fais du purin, mais j’aimerai bien voir pousser d’autres choses!
  • Comment travailler selon la qualité de la terre, et comment l’analyser?
  • On parle d’observation du terrain… comment analyser le sol de son jardin? Que signifie argileux, humide,…
  • Jardin-forêt? Comment faire?

 

Connais ton enemi, et tu finiras par l’aimer – limaces et escargots

Plus que 10 limace sur une seule salade!

Plus que 10 limace sur une seule salade!

Frustration no 1 des jardiniers. Qui n’a pas déjà planté des salades, et en revenant le lendemain trouvé qu’il n’en reste plus rien? Ou semer des carottes, qui ne viennent jamais? Les limaces ont tout mangé…

Voici un article très complèt pour mieux connaitre son ennemi: Cultiver avec les Limaces et les Escargots. En voici un extrait.

Selon Natacha Leroux,
Les gastéropodes sont pour la vie du sol ce que les abeilles sont pour les plantes à fleurs: un chaînon vital de l’écosystème.

Lire la suite

Les poules font l’école

Les poules font l’école

Les poules animent un jardin collectif en pleine ville de Zurich: Les 20 bénévoles du « Kollektiv Hühnerstrasse » se partagent les tâches pour une rémunération en œufs fraîchement cueillis. Lisez-en davantage dans la NZZ du 14.02.14 : Das Hühner-Kollektiv zu Wiedikon

La ville de Genève encourage ses citoyens de faire pareil. Le projet Cocorico vise l’installation de poulaillers collectifs en ville, avec succès. Quinze poulaillers collectifs ont vu le jour en 2013, selon Le Temps du 22.04.14 Les poules, la nouvelle coqueluche des villes. A voir notamment un poulailler fixe à la Cour-Corderie  et un poulailler mobile dans le parc Beaulieu.

L’installation d’un poulailler de 10 poules est amorti en une année environ, surtout que la poule ne mange pas que du grain: « chaque jour la quantité de déchets alimentaire d’une personne adulte » (selon des poules en ville, documentation du projet cocorico).

Les œufs produits sont locaux et sains, puisque les poules ne souffrent pas des restrictions de la production de masse: moins de maladies, une alimentation plus variée, des groupes adéquats, une vie plus longue et souvent plus d’espace.

Le sol d’un poulailler peut être recouvert de 30 cm copeaux de bois, incitant les poules à y chercher les insectes et invertébrés qui s’y installent. Tout déchet vert ou de cuisine y jeté sera soit mangé par les poules, soit mélangé avec le substrat par les grattements des poules – devenant à son tour nourriture pour micro- puis macro organismes, incitant les poules à gratter davantage. Ce compost travaillé par les poules réduit des odeurs et est un excellent engrais. Aux USA, au Vermont, un composteur professionnel détient 1500 poules pondeuses en liberté, sans leur donner le moindre grain (Vidéo en anglais).

Des poules peuvent contribuer à réduire le gaspillage des déchets alimentaires – dont un tiers est produit par les ménages. Avec une délicieuse récompense: des œufs!

L’alchimie des déchets verts – samedi 27.9.14, 9:00h

L’alchimie des déchets verts – samedi 27.9.14, 9:00h

Samedi 27.9.14, 9:00h, nous aurons l’occasion d’apprendre de nos amis du compost de Sombavellaz comment transformer les déchets verts du jardin et de la cuisine en l’or brun, ingrédient indispensable d’un potager bio productif. Ainsi nous pourrons commencer à produire notre propre compost de qualité, dans notre jardin.

Cours tenu par Didier Jotterand, biologiste, de l’association proxicompost.

Partie théorique samedi 27.9.14, 9:00h à la salle des Marroniers, Rue Mauverney 16A, Gland, suivi d’une visite au compost de quartier Sombavellaz (Chemin de la Dôle). Prévoir des habits en fonction (et un parapluie en cas de mauvais temps!)

Entrée libre, chapeau.

Compostage discrèt

Pas assez de place pour un compost conventionnel? Vous n’aimez pas les bacs en plastique?
P1150840sAloP1150842srs prenez un caisson à vin, enlevez le fond et utilisez celui-ci comme couvercle.

P1150841s
Placez-le entre à même la terre, remplissez avec vous déchets organiques et les lombrics vont se charger du reste.

 

En soulevant un peu le caisson, on peut observer le travail des lombrics. Quand le compost prend l’allure de terre, soulever le caisson, étendre le compost, remettre en place le caisson avec d’éventuels restes de déchets non compostés, et recommencer.
Voilà.P1150843s
Une famille de 5 utilise 6 de tels vinocomposteurs.

Compost de Sombavellaz

Compost de SombavellazCompost de Sombavellaz

 

Discrètement placé entre le parc de la Dôle et le Chemin de la Dôle à Gland, le compost de Sombavellaz valorise les déchets du quartier depuis longtemps.

151026_149409378440655_4894234_n[1]Chaque samedi matin, une équipe sympa sort les déchets organiques déposés par les habitants de la poubelle verte à l’entrée du site et les mélange avec du broyat (copeaux de bois). Une semaine après, le mélange est tourné et plus tard, stocké. Chacun peut venir chercher le compost tamisé à 10 mm le samedi matin, contre une petite contribution.154260_149409535107306_6378895_n[1]

Cette équipe bénévole produit un compost magnifique que je compte tester contre celui de la ville de Gland, comme à fait Charles Dowding:

The value of homemade compost. Lettuce trial with homemade on left, cow manure in front, West Riding mid-back and green waste on right, before and after picking.: Yield of leaves this pick was 46g compost, 45g manure, 24g multipurpose, 23g green waste.

The value of homemade compost. Lettuce trial with homemade on left, cow manure in front, West Riding mid-back and green waste on right, before and after picking.: Yield of leaves this pick was 46g compost, 45g manure, 24g multipurpose, 23g green waste.

Lombricompost d’intérieur

Couvercle décoré par les enfants car les lombrics craignent la lumière

Couvercle décoré par les enfants car les lombrics craignent la lumière

Les enfants d’une classe enfantine vous expliquent comment on peut se faire un compost à l’intérieur. Ils en ont un depuis plus d’une année dans leur classe.

Pour fabriquer le lombricompost:

Nous avons:

  •  déchiré du papier journal
  • fait des trous dans la boite en plastique
  • mis du papier journal dans quelques rouleaux de papier de toilettes placés au fond de la boite.
  • trempé les bouts de papier journal das de l’eau sale (boueuse) et mis dans la boite.
  • transporté les lombrics d’Anna-Lisa dans notre boite. Il y avait des déjà déchets déjà décomposés.
  • remis du journal par dessus et des trognons de pomme, une peau de banane.
  • placé le couvercle et le carton par dessus pour que les lombrics n’aient pas de lumière. Ils n’aiment pas ça.

On leur donne de temps en temps des déchets, dont des coquilles d’œufs pour qu’ils fassent des bébés.


Nous avons donné beaucoup de trognons de pommes aux lombrics, des épluchures de légumes et des coquilles d’œufs. Ça a bien marché: ils ont fait beaucoup de bébés et ils ont fabriqué beaucoup de terre.

La maman d’Anna-Lisa est venue et elle nous a aidé à séparer la terre des lombrics.

Nous avons utilisé la terre crée par les lombrics pour planter des graines de souci.